On se retrouve en ce mercredi pour un nouvel article-débat -j'en pofite d'ailleurs pour vous remercier pour vos petits mots concernant l'article de mercredi dernier sur l'allaitement :-) -concernant une question qui divise en matière d'éducation : faut-il laisser pleurer son enfant ?

Ma vision du maternage

Pour vous planter un peu le décor, ma fille est un bébé pot de colle, elle adore les calins, les bisous et ce qu'elle adore par dessus tout être dans les bras. Avoir un bébé câlin c'est tout ce que j'avais rêvé donc je peux difficilement m'en plaindre surtout que j'y ai moi même beaucoup contribuer en pratiquant le maternage avec elle surtout ses premiers mois. Elle a dormi longtemps dans notre chambre, est toujours allaitée et je ne laissais jamais pleurer et arriver dans le quart de seconde pour voir ce qui n'allait pas.

D'ailleurs les premièrs mois, je me souviens que ces pleurs me faisaient mal, mais profondément mal au coeur. C'était un sentiment que je n'avais jamais senti jusqu'à alors, un lien entre elle et moi si fort.

Je ne pouvais pas envisager autrement ma façon de materner ma fille, c'était un besoin pour moi et je sentais que c'était ce dont ma puce avait besoin. Forcément tout s'est compliqué quand j'ai dû reprendre le travail peu avant ses trois mois et la confier à une nounou.

babycrying

 

Répondre à ses pleurs : 

Elle demandait tout le temps à être porter ou que la nounou reste près d'elle quand elle joue ce qui ne n'était pas possible pour la nounou qui doit s'occupe d'un autre bébé en même temps et de ses enfants. Du coup ma fille se met à pleurer et même hurler pour qu'on vienne s'occuper d'elle... Si les débuts ont été un peu chaotiques et la nounou pas toujours très patiente. Très vite ma fille a su faire la différence entre la maison et la nounou et elle sait que là bas même si elle pleure la nounou ne la prendra pas (ce qui j'avoue me fait un peu mal au coeur quand j'y pense...).

Mais dès qu'elle est avec moi c'est bras à gogo et elle m'appelle pour que je regarde ce qu'elle fait, viens me chercher en rampant quand je m'éloigne un peu trop. Je lui laisse le temps de trouver son indépendance car je la sais encore petite pour tout ça. 

Ses pleurs j'y réponds donc, je m'inquiète de ce qu'elle est là, lui répond que je vais arriver... Mais j'ai aussi appris à parfois la laisser pleurer un peu pour moi aussi pouvoir souffler un peu. Le soir elle pleure souvent 5 bonnes minutes avant de trouver le sommeil, j'ai vraiment du mal à ne pas y aller mais je sais qu'elle a besoin d'évacuer et que si j'y vais elle ne dormira pas avant plusieurs heures car voudra rester avec moi à tout prix et sera crevée.

Pour autant, si je vis mieux le fait de la laisser parfois pleurer je me refuse de la laisser hurler ni pleurer pendant des minutes durantes sans agir. Car pour moi ce ne sont plus les mêmes pleurs.

On entend souvent que si bébé a mangé, qu"il est propre et qu'il n'a mal nul part (pas toujours facile à vérifier au passage) , c'est qu'il faut le laisser pleurer. Penser en ce sens c'est pour moi négliger que le fait que le bébé est tout comme nous un être humain doté de sensibilité qui ne se résume pas à manger-faire popo et dormir !

On m'a souvent dit que ma fille jouait de moi, qu'elle faisait des caprices, deviendrait une petite princesse... Toutes ces remarques me dépassent car ce n'est pas le choix d'éducation que j'ai fait et que je refuse de la laisser devenir rouge, trempée, se faire mal sans agir juste pour "voir"

De même ma puce ne fait pas ses nuits, cela inquiète beaucoup de monde -sauf moi et mon mari- à presque'un an. On me dit qu'elle n'a plus besoin de téter la nuit, que je dois la laisser pleurer, mettre des boules quiès...

De pleurs en caprices : 

Là encore c'est une chose que je ne peux pas envisager. Si ma fille se sent mal, je ne pourrais pas fermer l'oeil. Et d'ailleurs ma puce commence à dormir de plus en plus longtemps, elle a d'ailleurs fait deux fois des nuits complètes. Répondre à ses besoins ne semble pas donc pas si négatif que ça et ne signigie pas que je fais d'elle une enfant capricieuse.

Dans notre société c'est souvent le bien être des adultes que l'on prône. Bébé doit faire ses nuits à un mois, ne pas pleurer,... Oui, je suis parfois fatiguée, oui répondre aux demandes de ma fille n'est pas de tout repos pour autant j'assume pleinement le fait d'avoir eu un enfant et pour moi cela fait aussi partie du jeu. Laisser pleurer ma fille pendant des heures n'est pas à mon sens la solution, j'ai l'impression de l'abandonner, alors qu'un câlin peut suffire à lui faire retrouver de la sérénité. Alors oui j'accepte de la laisser parfois pleurer un peu quand je sais que cela n'est que temporaire et qu'elle en a elle aussi besoin - besoin de ma manifester sa fatigue, d'évacuer sa journée, d'exprimer sa colère car non ce n'est pas une poupée en plastique - mais des que ses pleurs changent et que je ressens qu'elle n'arrivera pas à sa calmer par elle même alors je veux pouvoir l'accompagner à retrouver le sourire ou le sommeil :-)

Et vous, comment vivez-vous les pleurs de votre bébé/enfant, les laissez vous pleurer ?