Ce lien lacté, il a pris quelques semaines à s'installer, à se roder. Ce lien lacté il a fallu l'apprivoiser, le comprendre, apprendre à le nouer. Et puis, de jour en jour il s'est imposé.

pic3

Ce lien c'est celui que, malgré la reprise du travail, j'ai refusé de rompre avec ma fille. Ce lien c'est notre (car oui nous sommes deux dans cette histoire) allaitement exclusif.  Trois mois et demi de bonheur, de complicité, de tendres moments : c'est des centaines d'heures passées rien que toutes les deux, ce moment où le temps s'arrête et où on ne voudrait qu'il ne reparte plus jamais...

Ce lien lacté est si fort : parfois malmené il ne rompt pas. C'est ton petit poing glacé contre ma poitrine, tes petits doigts qui enlacent mon soutien gorge, mon regard qui se noie dans le tien.

Ce lien lacté est si fragile : quand on croit le saisir, il nous échappe. Ce lien a traversé et traverse encore les difficultés du quotidien : les préjugés, les jugements, les avis, la fatigue, la maladie : tous ces moments où tout pourrait s'écrouler. Mais ton sourire le renforce un peu plus chaque jour.

pic1

Ce lien lacté est souvent nocturne : ces longues tétées la nuit lorsque le temps suspend son vole, que tout est calme, que blottie contre moi tu finis par t'endormir une goutte de lait perlant sur le coin de ta bouche. 

Ce lien lacté c'est ce lien fusionnel, ce lien que l'on ne peut pas nous prendre : c'est toi, c'est moi, c'est nous.

Ce lien lacté je le sais ne sera pas définitif, un jour il cédera, je l'espère petit à petit. Que je sois prête, que tu sois prête car ce lien c'est beaucoup plus que le simple fait d'allaiter.

pic2